La Finance en 2040 vue par les experts : Patrick Artus

Nous sommes en 2040, comment voyez-vous le monde qui nous entoure ?

Tout d’abord, je pense que nous nous dirigeons vers un monde fortement bipolaire, en fonction de deux critères essentiellement :

1. La plus ou moins grande capacité des pays à adopter une transition énergétique, et
2. le caractère démocratique des institutions.

Sachant que ces deux éléments vont souvent de pair, les pays les plus avancés sur les enjeux démocratiques étant souvent ceux qui ont le plus pris en compte les enjeux de transition énergétique. On verra donc d’ici 2040 une accélération des deux blocs : Etats-Unis/Europe et Chine/Inde/Russie/Turquie et certains pays africains, à voir où les pays d’Amérique Latine vont se situer.

L’enjeu d’ici 2040 est de savoir dans ce contexte, comment les échanges vont évoluer. La tendance est à une segmentation plus forte, et une volonté d’indépendance accrue des états sur les produits stratégiques (santé, haute technologie, énergie). Toutefois est-ce que cette segmentation des échanges va s’étendre aux produits de consommation ordinaires ?

La Chine a souvent fait preuve de beaucoup de pragmatisme en mettant les enjeux commerciaux avant les enjeux de géopolitique. Mon intuition est que cela devrait continuer à aller dans ce sens, mais cela est évidemment un enjeu de développement et de croissance économique majeur.

“Je pense que nous nous dirigeons vers un monde fortement bipolaire”

Le deuxième sujet important à horizon 2040 est celui de la démographie. On en parle peu, mais je crois à une apogée économique des Etats-Unis, qui va s’imposer encore plus comme une puissance économique dominante. La Chine vit aujourd’hui son heure de gloire, mais en termes démographiques, la Chine est entrée dans une phase de vieillissement considérable de sa population, tout comme l’Europe, et cela va inverser sa courbe de croissance économique de manière significative.

Les Etats-Unis, à l’opposé, conserve une démographie positive mais surtout ont des gains de productivité élevés qui devraient leur permettre de continuer à s’imposer comme la puissance économique des 20 prochaines années.

Les autres pays, avec des démographies très favorables et des efforts de productivité très forts partent malheureusement de tellement bas (Inde, certains pays africains) que cela ne mettra pas en danger la suprématie américaine.

Lire la suite

LinkedIn
Twitter
Facebook



Newsletter

Chaque jour l’actualité de l’asset management dans votre boîte email.

INSCRIPTION

Le fonds du jour
Plus de publications
Funds Watch
Lire la suite

“L’unique chose dont le monde n’aura jamais assez est l’exagération” (Salvador Dali)

Si les situations et les drivers ne sont pas les mêmes, les mécanismes des marchés financiers eux ne changeront manifestement jamais… Et c’est un mois de janvier record que les marchés obligataires viennent de connaître, entraînés non pas par la réalité économique du moment, mais par des mouvements tout aussi erratiques que ceux que nous avions observés en 2022 dans l’autre sens…