Entretien avec Christophe Laville, qui rejoint les équipes de Vauban Executive Search

Christophe Laville, récemment recruté par le cabinet de recrutement de managers et de dirigeants Vauban Executive Search pour renforcer son Pôle Finance, revient pour FundsWatch sur son parcours en finance de marché et en recrutement, et propose son éclairage et son analyse sur quelques tendances actuelles du marché.

FundsWatch : Votre arrivée chez Vauban est toute fraîche… Pouvez-vous nous parler de vous au travers de votre parcours ?

Christophe Laville : En effet je viens de rejoindre Vauban Executive Search aux côtés de Martin Louvet et Harold Valat. Je suis diplômé d’un Master 2 en finance et marchés de capitaux. J’ai effectué une première partie de carrière chez Lehman Brothers à Paris, avant de me consacrer au trading de contrats futures chez Schneider Trading Associates.

Ma carrière s’est orientée vers le recrutement, en 2008, dans une filiale d’une multinationale du conseil RH. J’ai par la suite été approché par Hudson Global Resources, pour conduire des missions de chasse dans le secteur bancaire. Je viens de rejoindre Vauban Executive Search pour apporter mon savoir-faire dans l’approche directe de managers et dirigeants dans le domaine des services financiers.

FW : Vous avez donc une forte sensibilité finance de marché ? En quoi cela constitue une vraie complémentarité au sein des équipes de Vauban ? 

CL : Vous l’aurez compris, c’est tout particulièrement l’approche de cadres financiers que je vais pratiquer ici, avec ma connaissance du secteur bancaire et des services financiers. Ma spécialité est ainsi définie par mon parcours : la gestion d’actifs, la banque privée, les banques, les banques d’investissement. A titre d’exemple, j’ai recruté récemment un analyste financier obligataire, un trader commodities, des « quants » pour un hedge fund et pour une banque d’investissement, un commercial institutionnel, un gérant euro aggregate, un gérant actions internationales, un directeur financier pour un fonds de Venture Capital.

Martin Louvet, responsable du pôle Finance, et Harold Valat, m’ont engagé pour renforcer la practice des services financiers du cabinet.

FW : Justement, sur ce secteur, que pensez-vous de l’évolution du métier de recrutement à l’aune de l’ampleur de deux phénomènes incontournables : l’ESG d’une part, et les fintechs d’autre part ?

CL : Pour l’ESG tout d’abord, c’est clairement une tendance de fond comme avait pu l’être la compliance il y a quelques années. J’ai récemment recruté un manager ESG, pour une société de gestion de premier plan. Initialement les profils ESG sont plutôt des profils marketing. Le profil type en ESG est évolutif et très transverse. Il peut être à présent un profil en gestion, voire en gestion de projet ou même en reporting. L’ESG impacte toutes les lignes métiers. En fonction de la culture d’entreprise, les dirigeants des sociétés de gestion mettent l’accent sur l’ESG à des niveaux très différents de la chaine de valeur.

L’ensemble des clients, qu’ils soient institutionnels, distributeurs et même « retail » sont très exigeants sur les engagements ESG des sociétés de gestion. Celles-ci repensent leurs gammes de fonds, leur système de reporting et même leur processus d’investissement.

Concernant la seconde tendance que vous évoquez, les fintechs, je ne préjuge pas de l’avenir mais je note le dynamisme du secteur. En tant que chasseur de têtes, je reste plutôt sollicité par les fonds de Venture Capital et les structures adossées aux banques et assureurs. J’ai recruté à titre d’exemple le Responsable Compliance d’un agrégateur de comptes d’une importante mutuelle et le Responsable sécurité des SI d’une banque en ligne.

Une dernière question sur le télétravail, dont les dernières barrières de résistance ont cédé. Comment l’abordez-vous avec vos clients et vos cibles ?  

Le sujet est abordé par les candidats et les entreprises au même titre que tous les autres avantages sociaux.

Les grandes banques ont donné le « la » dans ce domaine en négociant des accords de télétravail avec 2 jours en présentiel et 3 jours en télétravail pour les plus généreuses.

Ce thème devient un point de comparaison entre employeurs vis-à-vis du marché des candidats.

Propos recueillis par Alexandre TIXIER

LinkedIn
Twitter
Facebook



Newsletter

Chaque jour l’actualité de l’asset management dans votre boîte email.

INSCRIPTION

Le fonds du jour
Plus de publications
Lire la suite

Semaine à haut risque pour les marchés

La semaine qui s’ouvre s’annonce cruciale et pourrait bien donner le ton pour ce début d’année. En effet, outre les premières réunions de politique monétaire de cette nouvelle année pour les principales banques centrales (Fed, BCE et BoE), nous aurons également les premiers indicateurs macroéconomiques sur janvier alors que les premières publications de l’atterrissage de croissance pour 2022 se sont montrées davantage résilientes qu’anticipé.
Lire la suite

2023, la revanche du marché obligataire

On se souviendra de 2022 comme on se souvient de 1994 : une année marquée par un réajustement massif et inattendu des taux d’intérêt. Toutefois, Marion le Morhedec, directrice de la gestion obligataire chez AXA IM, reste positive pour 2023. Retrouvez ses perspectives.
Lire la suite

La technique du caméléon

A l'approche de leur réunion du 1er février, les membres de la Banque centrale américaine (Fed) doivent observer une période de disette médiatique. L'occasion pour nous de synthétiser les points de vue exprimés jusqu'alors, et de compléter notre édito du 9 janvier dernier, dans lequel nous évoquions la nouvelle phase dans laquelle la Fed s'apprête à entrer.