La Fed est-elle toujours crédible ?

Plus une banque centrale est crédible, au mieux elle oriente les anticipations d’inflation et plus la transmission de la politique monétaire est efficace.

Pour une banque centrale, la crédibilité est évidemment cruciale pour l’orientation de la politique monétaire. En effet, plus une banque centrale est crédible, au mieux elle oriente les anticipations d’inflation et plus la transmission de la politique monétaire est efficace. La recherche académique a montré que les deux principaux déterminants de la crédibilité sont le track-record (c’est-à-dire la réussite des objectifs) et l’indépendance. S’agissant de la Fed, la question de la crédibilité se repose avec acuité depuis son erreur de diagnostic sur le caractère  » transitoire  » de l’inflation. Dès lors, il est opportun de se poser la question de savoir si la Fed a perdu en crédibilité.

En premier lieu, cette crédibilité peut s’apprécier au travers d’enquêtes mesurant la confiance dans l’institution monétaire. Un sondage de l’institut Gallup montre que la confiance des américains dans la présidence de la Fed a sensiblement baissé en 2022 (graphique 1). Toutefois, cette baisse de confiance n’est pas propre à la banque centrale, puisqu’elle concerne autant les principales institutions américaines (président américain, membres du Congrès).

En second lieu, cette crédibilité peut aussi être traitée du point de vue de l’analyse économique. En théorie monétaire, la crédibilité traduit la confiance des agents économiques dans les banques centrales à réussir leur mandat croissance/inflation. Avec l’Ingénierie Financière, nous avons construit un indice de crédibilité pour la Fed en nous appuyant sur la méthodologie de Demertzis & al (2012)1). Cet indice est construit à partir de l’hypothèse qu’une banque centrale perd en crédibilité lorsque la formation des anticipations d’inflation à long terme dépend de plus en plus des chiffres d’inflation courants. En effet, les publications courantes d’inflation ne devraient pas avoir d’influence sur les anticipations d’inflation à très long terme. Si c’est le cas, cela constitue un signal de  » désancrage  » des anticipations d’inflation, et ce faisant de baisse de crédibilité de la banque centrale. En pratique, nous avons travaillé à partir des anticipations d’inflation à 5-10 ans formulées par les prévisionnistes parce qu’elles ne sont pas biaisées comme les points-morts d’inflation par des problématiques de liquidité et d’aversion au risque. L’indice est compris entre 0 et 1, 1 correspondant à une crédibilité totale ; le seuil limite de crédibilité est fixé à 0,9.Notre indicateur de crédibilité de la Fed retrace bien les 4 grandes périodes monétaires de l’après-guerre, à savoir la période de forte inflation sous la présidence de A. Burns, la période  » Volker  » et la lutte anti-inflationniste (1979-1987), la  » grande modération  » correspondant à la présidence d’A. Greenspan, et enfin, la période depuis 2007 avec les mandats de B. Bernanke, J. Yellen et J. Powell.

L’indicateur comporte une bonne et une mauvaise nouvelle :

  1. La Fed est toujours crédible puisque l’indice reste au-dessus du seuil limite. Par ailleurs, la situation actuelle n’est en rien comparable avec celle de la fin des années 70/début des années 80.
  2. Toutefois, cette crédibilité s’effrite doucement, mais sûrement. Cela a démarré pendant la période de  » menace déflationniste  » et cela se poursuit pendant la période de  » menace spirale inflationniste « .

Au final, notre analyse suggère que la Fed reste crédible même si cette crédibilité s’est effritée depuis la crise économique et financière. Cette baisse de crédibilité renforce la détermination de la banque centrale à maintenir des conditions monétaires restrictives. Non seulement, cela nous conforte dans notre cible depuis longtemps affichée de Fed Funds à 6%, avec un risque haussier. Surtout, nous pensons que lorsque l’économie américaine sera en récession fin 2023, la Fed ne souhaitera pas baisser ses taux directeurs. La Fed a capitalisé sur l’environnement monétaire du début des années 80. Elle ne craint pas de provoquer une récession face au risque de spirale inflationniste. Elle ne prendra pas le risque de relancer les anticipations d’inflation par une détente inappropriée des conditions monétaires.


AVERTISSEMENT

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet. Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Tout investisseur doit prendre connaissance avant tout investissement du prospectus ou du document d’information clé de l’investisseur (DICI) de l’OPC. Ces documents et les autres documents périodiques peuvent être obtenus gratuitement sur simple demande auprès de Groupama AM ou sur www.groupama-am.com.

Ce support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Les équipes commerciales de Groupama Asset Management et ses filiales sont à votre disposition afin de vous permettre d’obtenir une recommandation personnalisée.

Edité par Groupama Asset Management – Siège social : 25 rue de la ville l’Evêque, 75008 Paris – Site web : www.groupama-am.com 

LinkedIn
Twitter
Facebook



Newsletter

Chaque jour l’actualité de l’asset management dans votre boîte email.

INSCRIPTION

Le fonds du jour
Plus de publications
Funds Watch
Lire la suite

La poussière retombe un peu

Depuis la fermeture de Silicon Valley Bank (SVB) et de Signature Bank, les événements se sont précipités. Le week-end des 18 et 19 mars a été agité en Suisse où les autorités ont cherché à « rétablir la confiance » en organisant le rachat de Credit Suisse par UBS. La BCE, la Fed, associée au Trésor américain, ainsi que d’autres banques centrales ont salué cette « action rapide » de nature à « garantir la stabilité financière ».
Lire la suite

Dur dur d’être un banquier central

Après les statistiques montrant une économie sous haute pression, la Banque centrale américaine (Fed) est prise au dépourvue par la faillite de la SVB et le stress sur les banques régionales. Elle a, malgré tout, décidé de remonter son taux directeur de 0,25 % mercredi dernier, mais le contexte a quelque peu changé. La Fed jongle désormais sur trois tableaux : lutte contre l’inflation, taux d’emploi maximum et... maintien de la stabilité financière.