[ Live] Intégrer la biodiversité dans les portefeuilles

Rejoignez-nous le jeudi 19 janvier 2023 à 11h00, en compagnie des experts de Tocqueville Finance.

Pour participer, inscrivez-vous ICI 

La perte de biodiversité s’accélère, en cause : les activités des entreprises qui ont un impact négatif, plus ou moins direct, plus ou moins fort, sur le vivant. Or ces mêmes entreprises sont dépendantes du capital naturel et des services rendus par la nature… C’est cette double approche qui doit être au cœur de la réflexion de l’investisseur pour prendre en compte la menace de la perte de biodiversité sur la prospérité de l’humanité.

  • Comment quantifier l’impact d’une entreprise sur le vivant ?
  • Comment peut-on envisager le nouveau rôle d’investisseur par le prisme de cet impact ?
  • Quels sont les services écosystémiques rendus par la nature ?
  • Quel est le rôle de l’investisseur dans l’identification des dépendances entre nature et performance économique ? Et dans la protection de la biodiversité ?
  • Quelle capacité pour un gérant d’actifs, de convaincre qu’une meilleure protection du vivant, voire de sa restauration, est un moyen de créer de la valeur ?
  • Comment la redéfinition en cours du « financement » de la biodiversité, bouscule le métier de gérant, la raison d’être des entreprises et la conscience de l’épargnant ?

Décryptages, analyses et réflexions avec les experts de LBPAM et de Tocqueville Finance : Alvaro RUIZ-NAVAJAS, et Mehdi CHAITI, Gérants du fonds Tocqueville Biodiversity ISR.

La présentation d’un cas d’école de l’intégration de la biodiversité chez LBPAM & Tocqueville Finance sera suivie d’un moment d’échanges sous la forme d’une séance de questions / réponses.

S’inscrire 

LinkedIn
Twitter
Facebook



Newsletter

Chaque jour l’actualité de l’asset management dans votre boîte email.

INSCRIPTION

Le fonds du jour
Plus de publications
Lire la suite

Semaine à haut risque pour les marchés

La semaine qui s’ouvre s’annonce cruciale et pourrait bien donner le ton pour ce début d’année. En effet, outre les premières réunions de politique monétaire de cette nouvelle année pour les principales banques centrales (Fed, BCE et BoE), nous aurons également les premiers indicateurs macroéconomiques sur janvier alors que les premières publications de l’atterrissage de croissance pour 2022 se sont montrées davantage résilientes qu’anticipé.
Lire la suite

2023, la revanche du marché obligataire

On se souviendra de 2022 comme on se souvient de 1994 : une année marquée par un réajustement massif et inattendu des taux d’intérêt. Toutefois, Marion le Morhedec, directrice de la gestion obligataire chez AXA IM, reste positive pour 2023. Retrouvez ses perspectives.
Lire la suite

La technique du caméléon

A l'approche de leur réunion du 1er février, les membres de la Banque centrale américaine (Fed) doivent observer une période de disette médiatique. L'occasion pour nous de synthétiser les points de vue exprimés jusqu'alors, et de compléter notre édito du 9 janvier dernier, dans lequel nous évoquions la nouvelle phase dans laquelle la Fed s'apprête à entrer.