An arm and a leg

Deux grandes questions ces jours-ci sur les marchés: 1) les banques centrales et l’inflation et 2) les conséquences de la question 1  sur les marchés en 2023.

Pour ma part, la question 1) c ‘est le sexe des anges avec autant de réponses que d’économistes – la nouveauté sur le sujet c’est, après le “hard landing” ou le “soft landing”, le “no landing”: la vitesse de l’avion empêche toute tentative d’atterrissage, le mieux est de refaire un tour de piste pour un deuxième essai..

Donc pour répondre à 2), je pense toujours plus solide de faire un petit exercice de valorisation. Ce soir nous avons Palantir qui vient de publier.

Voilà les grandes lignes:

Management: Fondée par Peter Thiel, ex- associé d’Elon Musk dans Paypal et un des premiers investisseurs dans Meta > BIEN (vous recommande son bouquin sur les startup “ZERO TO ONE“.)

Gouvernance: Thiel et ses amis détiennent tous les droits de vote. Thiel avait monté un fonds qui investissait dans la crypto. Pendant qu’il déclarait il y a un an que les crypto devises pouvaient faire x100, il était en train de tout vendre. > MAUVAIS (même pour promener le chien je ne suis pas sûr).

Business: Palantir fabrique et vend du software dans la sécurité – un de leurs coups d’éclat présumé serait que leur tech ait aidé à la capture de Ben Laden. Donc vos clients sont principalement des gouvernements – dont US pour pas loin de la moitié du chiffre d’affaires. > BIEN pour la récurrence, moins bien pour la taille du marché.

Les chiffres: sont tout chauds – sortis hier soir:

> Chiffre d’affaires $1.9B ,en hausse de 24% sur un an (mais il y a eu une acquisition).

Cash flow from operations: $220M vs $330 l’année dernière.

> Stock based compensation (SBC): $570 vs $780 l’année dernière.

> Cash sur le bilan: $2.6B (inchangé).

En résumé je suis sur un business qui perd encore pas mal d’argent (ie pour cette année il faut retirer aux $220 de CF opérationnels les investissements pour $40M et les $570M de SBC – en tant qu’actionnaire, on les paye sous forme d’actions nouvelles émises pour les salariés (imaginez une pizza mais on est 8 autour de la table plutôt que les 6 initialement prévus).

Le prix: hier soir, l’action était en after-hours à $9.00, soit en hausse de +18%. Il y a 2.2M d’actions dans le capital, donc la capitalisation boursière est de $19 Mds. Ce niveau est assez proche du cours traité à la clôture de son introduction en bourse le 30 septembre 2020, où on avait clôturé à $9.50. Et c’est en même temps 40% plus haut que le cours au 1er janvier 2023, et 75% plus bas que son cours d’il y a deux ans.

En termes de cours de bourse, sur le même business, on est passé par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

Maintenant pour la valeur de la boite: combien peut valoir Palantir ? Ca ne gagne pas d’argent et ça vend de solutions sur mesure à des entités très exigeantes donc ça ne peut mécaniquement pas se vendre comme des petits pains. Dans 3 ans, s’ils croissent à 15% par an, ils feront $3.0 Mds de chiffre d’affaires. Au mieux ils pourraient dégager $300M de résultat net là dessus. Si je paye cela 30 fois, cela fait un peu moins de dix milliards – on peut rajouter le cash si on veut mais cela ne fait toujours pas le total.

Toutes ces estimations ne sont que des calculs de coin de table. Mais elles donnent la big picture: Palantir est valorisée aujourd’hui comme si on se plaçait dans trois ans, dans un scénario sans accident.

En un mot Palantir ca vaut aujourd’hui “an arm and a leg” comme ils disent outre-Manche.

Et vous pouvez répéter l’exercice avec beaucoup de ces darlings du Nasdaq, et vous arriverez généralement aux mêmes conclusions.

La prochaine c’est SHOPIFY, ce jeudi – plus gros poisson avec $60 Mds de capi.

LinkedIn
Twitter
Facebook



Newsletter

Chaque jour l’actualité de l’asset management dans votre boîte email.

INSCRIPTION

Le fonds du jour
Plus de publications
Funds Watch
Lire la suite

La poussière retombe un peu

Depuis la fermeture de Silicon Valley Bank (SVB) et de Signature Bank, les événements se sont précipités. Le week-end des 18 et 19 mars a été agité en Suisse où les autorités ont cherché à « rétablir la confiance » en organisant le rachat de Credit Suisse par UBS. La BCE, la Fed, associée au Trésor américain, ainsi que d’autres banques centrales ont salué cette « action rapide » de nature à « garantir la stabilité financière ».
Lire la suite

Dur dur d’être un banquier central

Après les statistiques montrant une économie sous haute pression, la Banque centrale américaine (Fed) est prise au dépourvue par la faillite de la SVB et le stress sur les banques régionales. Elle a, malgré tout, décidé de remonter son taux directeur de 0,25 % mercredi dernier, mais le contexte a quelque peu changé. La Fed jongle désormais sur trois tableaux : lutte contre l’inflation, taux d’emploi maximum et... maintien de la stabilité financière.