Nouveau : Funds Watch et Funds360 se regroupent en une marque unique pour vous aider dans vos prises de décisions financières

“Nous considérons que l’ISR va s’imposer” par Guillaume Dard (Montpensier Finance)

C'est en 2004 que Guillaume Dard relance Montpensier Finance, une société de gestion indépendante française, agréée fin 1997, dont il est le président. Il nous explique les atouts de l'entreprise, ainsi que la façon dont les gérants exercent leur activité. 

C’est en 2004 que Guillaume Dard relance Montpensier Finance, une société de gestion indépendante française, agréée fin 1997, dont il est le président. Il nous explique les atouts de l’entreprise, ainsi que la façon dont les gérants exercent leur activité.

Présentez-nous Montpensier Finance ?

La société développe une triple expertise de gestion : actions (essentiellement européennes), obligations, multi-asset/ flexible. Nos encours s’élèvent à plus de 2 Md€, en fonds ouverts et en fonds dédiés. Les actions en représentent 54 %, les obligations convertibles 31 % et le multi-asset/flexible 15 %. Nous avons la conviction que les performances sont issues de l’alliance du talent et de la méthode. Nous mettons donc tout en oeuvre pour que cela se vérifie au fil du temps. Notre gamme comprend cinq fonds actions (Best Business Models, notre plus gros fonds, dont l’encours atteint 560 M€, Great Euro-pean Models, Quadrator, Advanced Small Caps Euro et M Climate Solutions, notre tout nouveau produit), deux fonds obligations convertibles (M Convertibles et M Global Convertibles) et un fonds multi-asset/flexible (BBM V-Flex). Nous avons également un partenariat avec Eres, via un FCPE, Eres Montpensier Allocation Flexible. Chez nous, la gestion est collégiale : chaque portefeuille est pilo-té par au moins deux professionnels.

Qui possède Montpensier ? Quelle est votre cible ?

L’entreprise est détenue par son management. Nous comptons 35 collaborateurs, réparties en trois tiers : gestion ; marketing et service clients ; administration, opérations et contrôle. Montpen-sier finance s’adresse aux clients institutionnels, à hauteur de 60 % de ses encours, aux banques privées et distributeurs, à concurrence de 25 %. Le solde, soit 15 %, est constitué de family offices et de fondations. S’agissant des CGP, nous allons partout où nous pouvons les rencontrer. Et nous gérons des fonds dédiés pour les clients de certains d’entre eux.

Quelle est votre philosophie de gestion ?

Notre approche cherche à tirer le meilleur parti de thématiques porteuses : mondialisation, numéri-sation, réglementation, better life, lifestyle, smart energy, digital impact… En outre, nous mettons l’accent sur les critères ESG. Nous considérons que l’investissement socialement responsable va s’imposer comme la norme mainstream dans l’in-dustrie de la gestion d’actifs. Non seulement parce que cela répond aux attentes des investisseurs, mais aussi parce que la nouvelle génération de gérants s’en préoccupe de plus en plus. Les socié-tés de gestion n’en continueront pas moins à se différencier : chacune d’elles pourra développer ses propres expertises dans le cadre de son engage-ment responsable.

Vous pratiquez une gestion de conviction ?

Oui, un gérant actif doit avoir des convictions. Mais, pour nous, il est indispensable que sa pratique s’inscrive dans une démarche méthodique. Nous avons élaboré des méthodes propriétaires. Nous avons une méthode globale d’allocation, Montpen-sier Market Scan (MMS), qui s’appuie sur quatre piliers : momentum économique, dynamique des politiques monétaires, valorisation, dynamique des marchés. Nous avons également mis au point des méthodes par type d’actifs : grandes et moyennes valeurs, petites et moyennes valeurs, obligations convertibles. Pour Best Business Models, nous essayons d’identifier les ruptures dans le cycle de vie des entreprises, lesquelles passent par des phases successives : croissance rapide, crois-sance mature, déclin (voire disparition), recovery, transition. Autre exemple : pour Quadrator, fonds multi-thématiques, nous utilisons un prisme à quatre dimensions, quantitatives (croissance, visibilité, valorisation) et qualitative (stratégique).

Quels sont vos projets ?

Un directeur général, Lorenzo Gazzoletti, vient d’être recruté. Il contribuera, notamment, à l’inter-nationalisation de nos activités. Nous sommes actifs en Suisse, en Belgique, au Luxembourg et en Allemagne et souhaitons accentuer notre présence en Italie. Par ailleurs, nous avons demandé la label-lisation ISR de notre fonds Best Business Models. Après M Climate Solutions, nous envisageons de lancer un autre fonds thématique pur. Enfin, nous sommes ouverts à tout partenariat qui nous permettrait d’amplifier notre développement. Notre priorité est la pérennité de Montpensier Finance.

Source : Gestion de Fortune

LinkedIn
Twitter
Facebook



Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse [email protected]

Le fonds du jour
Plus de publications
Funds Watch
Lire la suite

Sur quoi repose le rebond des marchés financiers en juillet ?

Après les performances désastreuses enregistrées au premier semestre par les actions et les obligations, le comportement des marchés financiers en juillet peut paraître surprenant au vu de l’évolution de la conjoncture économique au cours des dernières semaines. En effet, le mois a été marqué par une progression des actions mondiales, des obligations gouvernementales et du crédit alors que les indicateurs économiques se sont nettement dégradés, alimentant les craintes d’une récession, et qu’une inflation toujours très élevée a conduit les grandes banques centrales à accélérer le rythme de remontée de leurs taux directeurs.