Nouveau : Funds Watch et Funds360 se regroupent en une marque unique pour vous aider dans vos prises de décisions financières

Point Marchés Dôm Finance

Les marchés actions s’envolent depuis le début du mois de novembre avec une actualité riche sur les dix premiers jours du mois. Effectivement, le CAC 40 est en hausse de près de 20% depuis le 31 octobre.

Quels sont les éléments marquants de ces sept jours de bourse et quelle est l’attitude à adopter face à cette accélération haussière ?

Le premier événement marquant est bien entendu le déroulement des élections américaines, avec un résultat dans un premier temps contestable qui aurait pu provoquer la panique sur les marchés actions. Puis, le marché s’est focalisé sur une probable élection de Joe Biden sans majorité au Sénat ; situation de nature à endiguer toutes velléités de hausses d’impôts négatives et malvenues pour les bénéfices des entreprises américaines et par conséquent pour les cours de bourse du marché américain. De plus, le marché intègre que le parti démocrate est prêt à réaliser un plan de relance beaucoup plus conséquent que celui prévu par les républicains. Avec les élections désormais dans le rétroviseur, le nouveau plan de relance devrait être adopté prochainement par le Sénat ; signal favorable pour le marché actions qui s’est apprécié d’environ 10% à la suite des élections américaines, saluant ainsi la victoire de Joe Biden.

Le second événement marquant est la découverte d’un vaccin contre le coronavirus par la société Pfizer. Cette découverte attendue a libéré un potentiel de hausse inouï sur les sociétés les plus touchées par la crise sanitaire : l’aéronautique, les banques, l’immobilier, le tourisme, etc. Ainsi, depuis cette annonce lundi midi, certaines sociétés de ces secteurs ont rebondi de plus de 50% embarquant dans leur sillage les indices.

Cette annonce a généré une rotation sectorielle extrêmement violente entre les valeurs dites « Covid » (toutes ces entreprises qui bénéficiaient du confinement et de notre nouveau mode de vie à distance) qui chutent lourdement parce qu’elles sont massivement vendues par les investisseurs au profit des valeurs plus « cycliques » qui bénéficieront de la réouverture de l’économie. En somme, nous assistons à un rééquilibrage à marche forcée en comparaison avec ce que nous avons connu depuis le début de l’année.

On peut donc conclure que ce vaccin potentiel permet au marché actions de se projeter au-delà de la crise actuelle en enjambant la période de transition de quelques mois devant nous jusqu’au retour à la normale de l’économie mondiale. Cet événement met en exergue le besoin d’avoir des portefeuilles équilibrés en style de gestion (par exemple, depuis le début du mois, le CAC 40 réalise une surperformance d’environ 15% sur le Nasdaq en Euros…).

Cette accélération haussière historique nous rappelle également que les mouvements de marchés s’accélèrent au fil des années et que les investissements de nos clients nécessitent un grand sang-froid et une réactivité de tous les instants.

Après ce « reset » du marché actions, nous pensons que le rallye de fin d’année est déjà grandement réalisé et attendons une prochaine baisse pour réinvestir massivement les avoirs de nos clients. Ce scénario est valable tant que les banques centrales conservent leur discours accommodant.

LinkedIn
Twitter
Facebook



Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse [email protected]

Le fonds du jour
Plus de publications
Funds Watch
Lire la suite

Sur quoi repose le rebond des marchés financiers en juillet ?

Après les performances désastreuses enregistrées au premier semestre par les actions et les obligations, le comportement des marchés financiers en juillet peut paraître surprenant au vu de l’évolution de la conjoncture économique au cours des dernières semaines. En effet, le mois a été marqué par une progression des actions mondiales, des obligations gouvernementales et du crédit alors que les indicateurs économiques se sont nettement dégradés, alimentant les craintes d’une récession, et qu’une inflation toujours très élevée a conduit les grandes banques centrales à accélérer le rythme de remontée de leurs taux directeurs.