Allemagne : stabilisation en novembre de la production des industries énergivores

L’institut des statistiques allemand a publié un indice de la production industrielle nationale en isolant les secteurs de l’industrie les plus consommateurs d’énergie.

La chimie, la métallurgie, la production de charbon ou encore de verre, de papier et de carton sont à l’origine de 76% de la consommation énergétique de l’industrie allemande, alors qu’elles ne représentent que 21% de la valeur ajoutée.

Dans le contexte de forte hausse des prix de l’énergie, la production de ces secteurs a nettement baissé jusqu’en octobre, mais elle s’est stabilisée en novembre grâce à la rechute des prix du gaz.

La baisse des prix du gaz et de l’électricité va certainement permettre une reprise de l’activité dans ces secteurs, d’autant que la dynamique des autres secteurs est favorable. Ceci devrait donc contribuer à une bonne tenue de l’activité en Allemagne durant les mois d’hiver.

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 20 janvier 2023 et est susceptible de changer.

Voir aussi : https://latribune.lazardfreresgestion.fr/bilan-2022-des-marches-obligataires/

***

Information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS

LinkedIn
Twitter
Facebook



Newsletter

Chaque jour l’actualité de l’asset management dans votre boîte email.

INSCRIPTION

Le fonds du jour
Plus de publications
Funds Watch
Lire la suite

“L’unique chose dont le monde n’aura jamais assez est l’exagération” (Salvador Dali)

Si les situations et les drivers ne sont pas les mêmes, les mécanismes des marchés financiers eux ne changeront manifestement jamais… Et c’est un mois de janvier record que les marchés obligataires viennent de connaître, entraînés non pas par la réalité économique du moment, mais par des mouvements tout aussi erratiques que ceux que nous avions observés en 2022 dans l’autre sens…