Nouveau : Funds Watch et Funds360 se regroupent en une marque unique pour vous aider dans vos prises de décisions financières

Fonds Monocle : Scénario rose, scénario noir

Aujourd'hui nous jouons au jeu des simulations : quels sont nos scénarios possibles pour le fonds Monocle d'ici la fin de l'année ? J'en ai fait deux, je les ai appelés "rose" et "noir" mais en étant précis ce serait plutôt "rose clair" et "gris foncé" : moins extrêmes mais plus probables.

Je rappelle que notre positionnement aujourd’hui c’est :

1) Un portefeuille de belles lignes actions (30% du fonds) qui nous semblent toutes relativement peu chères et avec de belles perspectives (exemple Unilever; Pfizer; Meta…) ;

2) Un filet de protection important (23% du fonds) par une position à la baisse sur l’indice action américain SP500 ;

3) Quelques obligations d’entreprises pour 10% du fonds (dont le joker SAS pour 2%) ;

4) Et donc le reste – hors la protection – ce sont des liquidités ou équivalent, pour 60% du fonds.

Par conséquent, première information : si on regarde le scénario noir, il ne se passe pas grand chose. Dans le détail, le scénario noir c’est 1) les marchés baissent de 20% et 2) il n y a pas de nouvelles campagnes de vaccinations contre le COVID – donc nos actions Pfizer et Biontech suivent le marché à la baisse. Dans ce cas là, ce que nous perdons sur les actions est en grosse partie compensé par notre position à la baisse sur le SP500. On rajoute un peu d’impact sur notre petite partie obligataire et on obtient au total -2% par rapport à maintenant. Raisonnable.

Maintenant le scénario “rose” : il est un peu plus compliqué car il fonctionne en deux temps : d’abord les marchés baissent, amenant cette purge attendue depuis longtemps. Nous profitons de cette baisse pour sortir notre position de couverture. Ensuite, dans le dernier trimestre, les choses se calment. Les investisseurs se disent que finalement Meta va réussir son pari sur le metaverse ; qu’Intel va redevenir le champion qu’il était. Enfin, l’hiver ramène un besoin de vaccination qui bénéficie à Pfizer et Biontech.
Dans ce scénario rose, notre portefeuille ferait +10% d’ici la fin de l’année.

A cela il faut ajouter le joker SAS : nous détenons une obligation de cette compagnie aérienne scandinave, dont le prix est actuellement de 22. Comme son nom l’indique SAS a “l’obligation” de rembourser ce papier à son nominal de 100. Alors, bien sûr, la situation de SAS n’est pas “rose” aujourd’hui : ils sortent juste d’une grève avec leurs pilotes et ils viennent de se mettre en procédure de sauvegarde (“Chapter 11”) pour renégocier leurs dettes. Mais bon, c’est une procédure assez classique chez les compagnies aériennes, et surtout les chiffres opérationnels se redressent : la société ne consomme plus de cash et le trafic remonte beaucoup. Donc sur ce papier très peu liquide, quelques bonnes nouvelles pourraient avoir un effet important sur le cours. Sur une obligation comme celle-ci on peut passer vite de 22 à 65. Cela ferait +4% supplémentaires de performance.

Ce n’est pas gagné bien sûr ! Et il est sûr aussi qu’aucun de ces scénarios ne se réalisera précisément : il y a trop d’aléas. Mais au moins ça vous donne une idée.

Bonne soirée

Charles

LinkedIn
Twitter
Facebook



Newsletter

Chaque jour l’actualité de l’asset management dans votre boîte email.

INSCRIPTION

Le fonds du jour
Plus de publications
Lire la suite

Habituons-nous à l’inflation

La surprise persistante des marchés face à la résilience de l’inflation et la prise en compte trop partielle des facteurs sous-jacents à la hausse des prix de long terme sont les marchepieds d’une tendance durable. Dans ce contexte, la gestion obligataire active reste assurément une composante majeure d’une gestion diversifiée.